Les artisans et la RT2012

Artisans et RT2012, problématiques sur les chantiers non conformes

 

Voici maintenant 2 années que la RT2012 est entrée en application.

Nous commençons à avoir une vision assez fine des problèmatiques récurentes sur la démarche, et surtout sur les difficulté de certains projets à valider au final la RT2012.

 

La RT2012 est complexe, peu souple, et engendre sur certains projets des surcoûts.

Elle impose également via le test d’étanchéité à l’air aux acteurs de la construction une nouvelle (pas pour certains) façon de travailler, en faisant attention à la qualité de pose de matériaux notamment.

Devant une révolution comme la nouvelle règlementation, il y a deux manières de réagir pour les artisans:

– soit ils se forment, s’informent font face à la nouveauté et font évoluer leurs manières de travailler et feront de leurs projets des constructions performantes et conformes

– soit ils ignorent, décrédibilisent, et se moquent de cette nouvelle obligation, continuent de faire comme si de rien n’était, et feront de leurs chantiers de futurs litiges. Mais surtout des constructions qui ne seront pas assez performantes ni étanches, et qui en tout cas auront du mal à être en conformité avec la RT2012.

 

Aujourd’hui de plus en plus nous sommes contactés pour des maisons terminées, et pour lesquelles aucune feuille de route RT2012 n’a été suivi.

Dans la plupart de ces cas la conformité RT2012 est inenvisageable.

On se retrouve face à des propriétaires abattus, ayant l’impression d’avoir été trompé par leur maçon, constructeur, architecte, bureau d’étude …

 

Il est important de rappeler que la RT2012 est obligatoire pour toute construction neuve.

Que cette démarche est constituée de 4 étapes: Bbio, Cep/Tic, test d’étanchéité à l’air, et visite de conformité.

Et que les bureaux d’études thermiques qui accompagnent leurs clients, comme ENERGIE CONSEIL, sont là pour faire les études demandées, mais également donner des conseils et renseignements à tous les acteurs de la construction, mais aussi évidemment aux maîtres d’ouvrages.